Aujourd’hui, cap sur Amsterdam pour un voyage des plus érotiques et sensuels. Connais tu cette partie d’Amsterdam qui est considéré comme un grand parc d’attraction sexuel? Néons rouges, portes vitrées, sous-vêtements aguichants… Installe toi confortablement sans ton canapé et lis la suite de cet article!

1°) C’est quoi le quartier rouge?

La zone De Wallen d’Amsterdam, mieux connue sous le nom de quartier rouge, est l’une des plus grandes attractions touristiques de la ville. Il est un dédale de ruelles, de bars débordants et d’un éventail de prostituées,illuminées en rouge dans les vitrines. Il ne pourrait pas être au goût de tout le monde mais si tu es en quête d’exotisme et que tu veux satisfaire ta curiosité, alors tu seras servi sur un plateau d’argent!

La zone de Wallen a été construite au 13e siècle et plus tard est devenue un port. C’est alors que sa réputation commença. Les prostituées furent attirées par le quartier en raison des nombreux marins qui occupaient la région. Depuis lors, la réglementation entourant le travail du sexe aux Pays-Bas a beaucoup fluctué. En 1811, l’interdiction de la prostitution fut prononcée, avant d’être réintégrée 100 ans plus tard, lorsqu’une loi fut votée interdisant les bordels et le proxénétisme. Maintenant, la prostitution est légale et le Quartier Rouge est florissant.

2°) Amusement et sexe

Les Wallen a un certain nombre de sexshops, de séances érotiques, des clubs de live sexshow, peepshows, un Musée sur le sexe, un Musée sur le Cannabis et un certain nombre de coffee shops qui vendent de la Marijuana.

Et si on parlait un peu des prostituées du quartier rouge?

Brunes, blondes, jeunes ou plus expérimentées, en très petite tenue, elles attendent sur une chaise ou un tabouret de bar. Immobiles ou ondulant lentement dans une cabine dotée d’une baie vitrée donnant sur la rue, le côté femme-objet dans une boîte peut être déconcertant souvent pour certaines personnes. On aperçoit derrière elles un lit, des serviettes jetables, des draps, un lavabo, certains ont même de la radio. Le système est simple: si le rideau est ouvert et qu’une femme plus ou moins vêtue est derrière la vitrine, c’est qu’elle est libre. Mais si le rideau en velours rouge est complètement tiré, c’est qu’elle n’est pas disponible. Chaque fille a sa technique. Si certains attendent que les clients viennent à elles, d’autres interpellent les passants ou répondent chaleureusement aux insinuations plus ou moins subtiles des piétons. Pour attirer l’attention, il arrive qu’elles toquent à la vitre, mais c’est plus souvent l’intéressé qui fait le premier pas.

3°) Les prix

Il faut savoir que la location des vitrines coûte environ 75 à 150 euros pour 8 heures. Pour les clients, le prix moyen est de 50 euros pour 30 minutes. Dans tous les cas, tout le monde peut y trouver son compte parce qu’il y a vraiment de tout âge et de toute morphologies, souvent superficielles, il y en a même de plus naturelles, et souvent très jolies et bien proportionnées. Par ailleurs, on peut également trouver des transexuelles ou des hommes dans certains quartiers d’Amsterdam. Franchement, c’est une autre culture et une autre atmosphère. C’est à voir, à découvrir rien que par curiosité et pour ressentir cette ambiance originale.